ANAIS MILLON

ANAIS MILLON
Nom
ANAIS MILLON

Originaire de l’île de Martinique pour moitié et Normande pour l’autre moitié, Anaïs Millon est née en France en 1982.

Après 14 ans de gymnastique, Anaïs entamera une formation de juge en compétition pour “apprendre à voir les défauts des gymnastes pour juger leur performance !”

En même temps, en sport étude, avec une trentaine d’heures d’entrainements par semaine, elle travaillera avec un chorégraphe sur les fondamentaux de la danse classique et de la barre au sol. Elle contribuera, ainsi, à développer ses qualités techniques en danse.

Un destin tracé ?

Mais avec une mère, qui donnait des cours de moderne jazz, et une sœur aînée, danseuse de salsa de niveau international pouvait-elle échapper à un destin de danseuse?
Malgré son refus de faire de la danse petite, son destin fût tout autre!

De 2008 à 2010, Anaïs travaille en France en tant que danseuse pour une marque de spiritueux cubain.

En 2009, à la suite de sa soeur Noémie Millon et de Léon Rose, qui décident d’introduire la kizomba à Paris, au travers de la soirée Agua, Anaïs prendra les rennes de ce rendez-vous hebdomadaire devenu culte pour qui veut s’initier à cette danse dans la capitale.

C’est d’ailleurs à bord de la péniche parisienne sur lequel a lieu cette grande messe de la kizomba qu’elle rencontrera son premier partenaire, Morenasso.

Avec son parcours atypique, son expérience et sa générosité Anaïs Millon a développé une pédagogie où la rigueur, la précision et la technique sont une priorité.

Avec son expérience dans les plus grand festivals du monde depuis plus de 7 ans, elle est reconnue comme une des pionnières de la kizomba, pour avoir entre autre développer la technique et le style des femmes.
Une des rares femmes à maitrisés les techniques de l’homme et de la femme en kizomba, elle développe son propre programme d’enseignement, et entraine professeurs et danseurs à travers le monde.

Dans une interview donnée à “kizomba community” elle confessera :

“Pour moi ce qui est important, c’est d’apprendre et de maitriser les bases avant de chercher à faire des déplacements plus techniques.

Il faut prendre son temps, ne pas sauter les étapes d’apprentissage.

Il y a, comme dans toute discipline, une sorte de hierarchie dans les déplacements et les techniques de guidages qui sont vraiment nécessaires si on veut être agréable à danser pour l’autre, et clair dans ses déplacements.

La kizomba, c’est un dialogue entre 2 corps. On se parle sans utiliser les mots. On communique avec nos corps. Mais c’est un nouveau langage qu’il faut apprendre pour pouvoir le décoder et communiquer. Un peu comme on voudrait apprendre le langage des signes pour communiquer avec un sourd. Pour tenir une discussion on prend le temps d’apprendre. ”

Pour plus d’infos sur Anaïs MILLON :
https://www.facebook.com/AnaismillonKizomba/

Source : Piewo Suez

—————————————————————————————-

A native of Martinique for half and Norman for the other half, Anaïs Millon was born in France in 1982.

After 14 years of gymnastics, Anaïs will begin training as a competitive judge to "learn to see the faults of gymnasts to judge their performance!"

At the same time, in sports studies, with around thirty hours of training per week, she will work with a choreographer on the fundamentals of classical dance and the barre on the floor. She will thus help develop her technical skills in dance.

A fate traced?

But with a mother, who taught modern jazz, and an older sister, a world-class salsa dancer, could she escape a dancer's fate?
Despite her refusal to dance as a child, her fate was quite different!

From 2008 to 2010, Anaïs worked in France as a dancer for a Cuban spirits brand.

In 2009, following her sister Noémie Millon and Léon Rose, who decided to introduce kizomba to Paris, through the Agua evening, Anaïs will take the reins of this weekly meeting which has become cult for those who want to s' initiate to this dance in the capital.

It was on board the Parisian barge on which this great kizomba mass took place that she met her first partner, Morenasso.

With her atypical career, her experience and her generosity, Anaïs Millon has developed a pedagogy where rigor, precision and technique are a priority.

With her experience in the biggest festivals in the world for more than 7 years, she is recognized as one of the pioneers of kizomba, for having among other things developed the technique and style of women.
One of the few women to have mastered the techniques of men and women in kizomba, she is developing her own teaching program, and training teachers and dancers around the world.
In an interview given to "kizomba community" she will confess:

"For me what is important is to learn and master the basics before trying to make more technical trips.

You have to take your time, not to skip the learning stages.

There is, as in any discipline, a sort of hierarchy in the movements and guidance techniques that are really necessary if we want to be pleasant to dance for the other, and clear in his movements.

The kizomba is a dialogue between two bodies. We talk to each other without using words. We communicate with our bodies. But it's a new language that you have to learn in order to be able to decode it and communicate. A bit like you would like to learn sign language to communicate with a deaf person. To have a discussion we take the time to learn. "

For more information on Anaïs MILLON:
https://www.facebook.com/AnaismillonKizomba/

Vues : 49

;